Innover est un sport de combat

Nous vivons dans un monde en perpétuelle évolution. Par définition, la société et les êtres changent tandis que nos modes de fonctionnement accusent parfois un certain décalage avec cette réalité mouvante. D’aucuns ajouteraient que l’administration est d’autant plus réticente à s’adapter à ces transformations sociales. Ils auraient à la fois tort et raison. La collectivité, en tant qu’entité, est évidemment emprunte d’une certaine inertie. Pourtant, le travail d’élu permet également d’aller au-delà de ces obstacles apparents pour proposer des solutions innovantes.

Les anglo-saxons ont une excellente expression pour désigner la recherche d’audace : « To think outside the box », littéralement « penser en dehors de la boîte », à savoir prendre du recul, sortir des sentiers battus, surtout s’affranchir des pesanteurs et des limites qui nous empêchent d’agir.

Un exemple concret en matière économique à Talence. Je réfléchis souvent au moyen de dynamiser notre centre ville avec mes amis commerçants. Bien sûr, nous disposons de la palette habituelle des animations, marchés et autres événements tout au long de l’année. Par ailleurs, nous avons monté un groupement des entreprises talençaises, le GET, qui fonctionne particulièrement bien et qui vient d’être récompensé pour la troisième année consécutive par la Chambre de commerce et d’industrie. Tant mieux mais je reste persuadé qu’il faut aller plus loin.

Un projet ambitieux est en gestation : une grande halle qui constituerait un espace de vie et d’échanges en plein cœur de notre ville. Au premier abord, une telle idée se heurte aux restrictions budgétaires actuelles. Tant pis ?! La résignation est mère de l’abandon alors que la volonté est porteuse de ressources insoupçonnées. Pourquoi ne pas imaginer un financement participatif des commerçants qui s’installeraient sous cette halle, une structure commune gérant le lieu de manière collective ? Les citoyens talençais pourraient eux-mêmes être investis dans cette opération qui pourrait revêtir une dynamique citoyenne inédite. Toutes les possibilités sont ouvertes. Ne nous interdisons pas d’essayer de mettre en œuvre des bonnes idées par un pessimisme de Cassandre dépassée.

En matière d’économie, comme en politique en général, à tous ceux qui me disent « Non » par principe, je préfère répondre « Et pourquoi pas ? ».