Sud Ouest du 16 avril 2018: « Les taxes locales n’augmentent pas »

Le maire se félicite de ne toujours pas augmenter les taxes locales. Par ailleurs, les Talençais bac + 3 (et plus), de milieux défavorisés, sont soutenus pour l’emploi.

PATRICK FAURE

p.faure@sudouest.fr

François Jestin, adjoint au maire délégué aux finances, a présenté le taux des trois taxes directes locales lors de la dernière séance du Conseil (« Sud Ouest » de samedi) : « Les taux d’imposition des taxes directes locales pour 2018 nous ont été communiqués par l’État, et le montant prévisionnel des recettes avec le taux de 2017 est de 29 984 574 euros. Le montant des allocations compensatrices est de 1 059 845 euros ».

« L’équilibre du budget 2018 peut donc être assuré avec ces recettes, sans augmentation des taux », explique-t-il. Pour 2018, ces taxes locales s’établissent ainsi : taxe d’habitation, 23,55 ; foncier bâti : 32,96 ; foncier non-bâti : 57,98. L’opposition s’abstient sur le vote de la délibération.

Talents des quartiers

Marc Labourdette, adjoint délégué à l’insertion professionnelle, et Salem Erchouk, conseiller municipal à l’égalité et à la cohésion sociale, ont présenté la convention de partenariat que la Ville doit signer avec l’association nationale Nos Quartiers ont du talent (NQT).

Selon M. Labourdette, la municipalité « poursuit l’engagement en faveur des jeunes en recherche d’emploi. En s’appuyant sur l’action menée par l’association NQT, nous nous engageons à soutenir les jeunes diplômés bac + 3 et plus, issus des quartiers prioritaires ou de milieux sociaux défavorisés, en accompagnant leur insertion professionnelle ». Salem Erchouk ajoute qu’il s’agit là « de discrimination positive ».

L’association assurera le suivi et le parrainage des jeunes diplômés correspondant aux critères de l’association, « fournira les outils de communication nécessaires, développera le lien avec les acteurs locaux (mission locale, pôle emploi, services municipaux…), proposera des actions visant à favoriser l’insertion ».

De son côté, la Ville favorisera le lien avec les acteurs locaux et mobilisera les entreprises du territoire. La cotisation de la Ville à l’association s’élève à 5 382 euros. Délibération adoptée à l’unanimité.

Agressivité aux guichets

Laetitia Pitot, adjointe déléguée aux ressources humaines, a, pour sa part, présenté le projet de partenariat avec une psychologue. « En 2011, la collectivité avait sollicité le soutien d’une psychologue en vue d’animer des séances de régulation. Cet accompagnement a été réitéré au titre des années 2016 et 2017 », dit-elle.

« Cela a pour but de prévenir, de traiter des difficultés rencontrées et d’améliorer les conditions de travail et le service rendu au public. Les employés sont très souvent confrontés à l’agressivité des personnes au guichet ! »

Le maire, Emmanuel Sallaberry, confirme, en insistant sur le fait que « les agents municipaux sont souvent les dernières personnes physiques des services publics que les gens rencontrent ! » Unanimité.